L’univers de Braises et fiel en est un où les héros marchent sur la terre guidés par les dieux. La saga des braises, l’une des plus importantes légendes, raconte l’histoire des premiers héros et de leurs parcours semés d'embûches. Bien d’autres héros leurs ont succédé, mais l’histoire de Ménélas, le premier roi, et ses enfants Tirésias, Nasica, Arios et Athon, représente l’assise sur laquelle tous les autres héros reposent.

Concrètement, toutes ces histoires servent à enseigner certaines valeurs et partager d’autres leçons de vie. On raconte donc l’histoire du roi Ménélas afin d’enseigner les dangers inhérents aux extrêmes ou au fait de se laisser porter par la colère. L’histoire d’Athon et son ascension au statut de dieu-roi est régulièrement raconté dans le but d’enseigner les mérites de la détermination et du sacrifice pour le bien commun. Il ne s’agit donc pas de convertir son prochain ou vanter la toute-puissance d’un dieu sur l’autre, mais plutôt de partager les valeurs qui nous sont chères et devenir meilleurs. Dans cette optique, les dieux jouent le rôle de guides personnifiant certains idéaux, guidant ceux qui se montrent dignes de leur attention et récompensant ceux qui parviennent à s’élever et surmonter les plus terribles des obstacles.

Voici une description des principaux dieux du panthéon, leurs rôles dans les histoires et ce qu’ils représentent.

Dieux

Akhen, l’architecte :

Ce dieu représente la stabilité, l’ordre et l’immobilisme et enseigne les mérites de la prudence et de la prévoyance. Il joue également le rôle de messager dans plusieurs légendes, avertissant les héros des dangers à venir afin de protéger le monde civilisé. L’on dit que son domaine se trouve au plus près du soleil et prend la forme d’un palais d’or parfait dans toute sa symétrie et sa logique. On l’associe habituellement aux dieux solaires omniprésents à travers le royaume de Naucra et plus particulièrement la province d’Izmir.

 

Khopys, le vagabond :

L’inverse d’Akhen, Kophys représente le désordre, le changement et l’aventure. C’est un professeur sournois qui pousse les héros à changer leur condition et avancer en usant de tous les stratagèmes possibles et imaginable. Dans les légendes, il prendra mille-et-une formes différentes, usera de flatterie et de ruse afin de pousser ceux qu’il guide hors de leur zone de confort et sur les chemins les plus risqués, mais également les plus riches. Considéré comme le frère d’Akhen l’architecte, Khopys est lui-aussi associé aux dieux solaires très présents à travers les provinces et principalement celle d’Izmir.

 

Athon, le dieu-roi :

Seigneur du royaume de Naucra, Athon règne depuis le sommet du mont Ethnos à Izmir. Les Déus sont ses messagers et représentants à travers les provinces du royaume. Aux yeux du monde, Athon est le héro qui devint un dieu. La preuve que l’on peut s’élever au-dessus de sa condition et obtenir la bénédiction des dieux pour nos actes héroïques. Il fait lui aussi partit des dieux solaires aux côtés d’Anhora, Akhen et Khopys.

 

Anhora, celle-qui-voit-tout :

Déesse du savoir, de la sagesse et de l’équilibre, Anhora prend habituellement la forme du sage mentor dans la plupart des légendes. Elle offre aux héros le savoir qui leur manque et les encourage, souvent avec impatience, à trouver l’équilibre entre les extrêmes proposés par ses frères Akhen et Khopys. Selon les légendes, elle habiterait dans une vaste bibliothèque au-delà des nuages et où se trouve tous les ouvrages n’ayant jamais existé un jour en ce monde. Elle aussi est associée aux dieux solaires. Elle est très représentée à travers la province de Mérove où elle est généralement associée à la reine Nasica, héroïne du troisième chapitre de la saga des braises et symbole important de leur indépendance.

 

Vishkâ, la salamandre :

Créature issue à la fois du monde animal et des flammes, la salamandre représente un personnage important de la culture de Kazar et de ses habitants. Peu est connu à son sujet et elle n’est jamais que brièvement représentée à travers les légendes. Par contre, pour les habitants de Kazar, et surtout pour les animistes, elle représente la personnification de la nature sauvage. Toujours baignée dans les flammes, sa tête est celle d’une vieille grenouille couronnée de bois de cerf, son corps est celui d’un reptile, sa queue est celle d’un poisson et une large pair d’ailes repose sur son dos. Elle est la grande mère de toutes les bêtes et surtout des quatre Pères si importants à l’animisme. Pour les habitants de Kazar, Vishkâ représente une gardienne veillant sur leurs montagnes et forêts natales. Elle vit à l’intérieur de la montagne de feu au cœur de la province, ne sortant qu’une fois tous les ans lors de la fête des ardents. On la considère comme la seule créature au statut divin à être associé à la braise ardente et aux flammes.

 

Kashika, la lanterne dans les abysses :

Seul déesse associée à la lune, Kashika n’est guère connue à l’extérieur de la société des Tritons. C’est elle qui leur donna la forme qu’ils ont aujourd’hui et les obligea à se nourrir de la résine lunaire. On raconte qu’elle continue de hanter le fond des océans, exhaussant les vœux des marins perdus en mer. Malheureusement, comme toute chose lunaire, peu est connu à son sujet, et encore moins sur ses relations vis-à-vis toute autre divinité, qu’elle soit solaire, ardente ou lunaire.

 

Horsaïs, la bête :

Dieu, monstre, bête. Personne ne connaît avec certitude la nature de cette créature. Dans la saga des braises, c’est elle qui déroba la flamme solaire avant d’être pourfendue par le héros Ménélas. Puis, de sa dépouille naquis le fiel et toutes ses horreurs.